Crise hyperphagique ? 7 causes qui les provoquent !


Tu viens de coucher les enfants pis t’es brûlée ! Tu remontes en haut pour t’étendre un peu sur le divan et tu décides d’aller sur Facebook. Ça ne fait même pas 2 minutes que tu défiles sur ton téléphone qu’une envie irrépressible de sucré vient de s'emparer de toi. Tu te lèves sans trop réfléchir et tu ouvre la porte de ton armoire.


Comme une lionne sur sa proie, tu t’empares de la boîte de biscuits. Tu en prends 1. Puis 2. Puis 3 et 4,5 et 6. Là, tu t’arrêtes et tu ranges la boîte de biscuits en te disant qu’il faut qu’il en reste pour les autres. Ce sucre là vient de te donner une envie de te prendre un GRAND verre de lait. Pendant que tu bois ton grand verre de lait, tu penses à ce que tu pourrais bien manger d’autre. «Ah tien, un muffin au chocolat.» Et tu manges comme ça sans arrêt, sans contrôle, sans pensées.


Pendant cette crise de bouffe incontrôlable, tu n’es plus du tout connectée avec la réalité. Tu agis sans réfléchir comme si ça faisait 12 jours que tu n'aurais pas mangé.

Lorsque tu reviens à toi et que tu as une douleur au ventre, tu te sens coupable et honteuse d’avoir encore une fois perdue le contrôle sur ce que tu as mangée en si peu de temps. Tu n’en peux plus et tu te demande si de recommencer encore un régime pourrait être ta solution. Tu aimerais tellement reprendre le contrôle sur tes rages de sucre et arrêter ces crises de bouffe qui s’accumule de semaine en semaine.


Et si ce n’était pas toi ? Dans le sens où ce n’est pas à cause d’un manque de volonté, ni d’une dépendance au sucre ? Comment te sentirais-tu ? Je suis certaine qu’en ce moment tu te sens soulagée et confiante pour la suite de ce que je vais te dire !


Allons-y ! Voici les 7 causes principales qui provoque les crises de sucre en soirée :


1. Une mauvaise qualité de la microbiote.


Des milliards de bactéries vivent en symbiose avec nous, notamment dans notre intestin. Ces bactéries constituent d’ailleurs notre microbiote (autrefois surnommé : la flore intestinale). Notre microbiote influe le cerveau, car ils sont intimement reliés. Notre ventre est au centre de notre énergie et de nos émotions. C’est au niveau de la microbiote que l’échange entre les signaux moléculaires se font et communiquent avec tout l’organisme. Alors, on prend soin de notre microbiote !

2. Une inflammation de la paroi intestinale.


L’inflammation de la paroi intestinale va empêcher l’échange des micronutriments vers les cellules du corps et va même jusqu’à interférer sur les neurotransmetteurs qui sont envoyés au cerveau. Comme au #1, avoir une bonne qualité de la microbiote est donc primordiale afin d’éviter des troubles métaboliques et de diminuer l'inflammation.


3. Carence en nutriments.


Une carence en nutriments peut apporter plusieurs troubles dont : des troubles de l’humeur, de la fatigue, un manque de confiance, de l’impatience, des compulsions sucrés, de l’insomnie et des fringales à répétition. Donc, peu de nutriments veut dire que les cellules ne sont pas bien nourris. Des cellules mal nourries amènent tout ce que je vous ai énumérer juste avant, mais aussi des problèmes plus sérieux comme du diabète, un vieillissement prématuré, le cancer, des affections de la peau, etc. Alors, important de ressourcer nos cellules !


4. Les régimes restrictifs.


Nous savons déjà que 95% des personnes qui débutent un régime échouent à l’intérieur de 5 ans en reprenant tout le poids et parfois, plus que le poids de départ. Et j’en suis la preuve vivante que ça ne fonctionne pas ! Donc, non les restrictions ne sont pas bonnes physiquement ni mentalement. Ce n’est jamais plaisant de se priver d’aliments qu’on aime manger. On arrive à un point où on se sent tiraillée entre notre tête et notre cœur. On ne veut plus faire de régime parce qu’on sait ce que ça fait, mais on a peur des répercussions que ça pourrait avoir, comme : grossir, ne plus savoir comment manger ou de ne plus jamais atteindre un poids qu’on aimerait avoir. Maintenant, on met de côté les régimes parce qu’ils ne vont qu’empirer notre situation !

5. Consommation régulière de médicaments et de contraceptifs.


On ne peut pas y échapper ! La contraception, une grande majorité des femmes la prenne. Et pour ce qui est des médicaments, nous y avons accès facilement et selon notre état de santé, nous sommes peut-être dans l’obligation d’en prendre. Comme moi, j’en prends depuis mes 11 ans pour traiter mes problèmes d’hypothyroïdie. Au niveau des médicaments, c’est un peu plus difficiles à gérer mais on garde en tête que malgré la médicamentation, on peut contrôler plusieurs autres aspects afin de diminuer nos crises de sucrés.


6. Manque de protéine dans son alimentation.


Le dîner et le souper souvent ça va ! Mais le déjeuner… Soit tu fais partie de celles qui déjeune ou de celle qui ne déjeune pas du tout. Et pour celles qui déjeune, la grande majorité se trouve à manger beaucoup trop sucré, et avec très peu ou pas de protéine. Donc le manque de protéine au déjeuner aura des répercussions sur toute notre journée, mais aussi sur les envies de sucre en fin de soirée.


7. Vivre du stress en permanence.


Le stress est notre pire ennemi. Nous vivons du stress même dans des situations positives. Donc, la meilleure façon de le diminuer est de se trouver des méthodes qu'on aime. Bien sûr, il faut l'essayer afin de vraiment déterminer si on ne l'aime pas. On pratique la méditation, le yoga, la respiration en pleine conscience, marche dans la nature, lecture tranquille, etc.


À très bientôt xoxo


Joins toi à nous dans un groupe d'échange où je t'apporte de l'apprentissage grâce à des modules afin de développer ta confiance et retrouver énergie et vitalité.

confiance en soi


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout