Le sport : ma bête noire

L’entraînement, c’est vraiment ma p’tite bête noire. Quand j’pense à elle, c’est souvent négatif : perte de poids, souffrance, pénible, long, chaleur, désagréable… Je travaille fort là-d’sus depuis plusieurs mois, afin de me libérer des toutes ses fausses croyances que j’ai envers le sport.


Tout ou rien


Avant, soit je me donnais à fond ou pas pentoute. Ça me faisait culpabiliser chaque fois que je sautais une journée d’entraînement. C’était comme si je venais de tout gâcher les efforts que j’avais mis et j’abandonnais.


C’était comme si le repos n’existait pas, que tout devait être fait avec beaucoup d’effort et de souffrance, que bouger ne servait qu’à perdre du poids et que l’entraînement c’est pour chaque jour de ta vie, sinon tu n’es pas une femme disciplinée. Je crois que je m’en suis mise beaucoup trop sur les épaules.


C’était noir ou blanc. Jamais qu’il n’y avait de zone de gris!

Il y a aussi des blessures...