Mon parcours avec les diètes

Je viens de partager ce texte sur un groupe dédié à l'alimentation intuitive et j'avais envie de vous le partager à vous aussi. J'espère que ça fera réaliser à certaine ce que les diètes provoquent comme relation entre la nourriture et nous. Voici mon histoire.


J’ai toujours eue de la difficulté avec mon poids, et mon physique a toujours été un sujet d’intimidation à l’école. Je me souviens que dès le primaire, je manquais déjà beaucoup de confiance en moi. J'avais environ 9-10 ans (de mémoire) et je me réconfortais dans la nourriture, en arrivant de l’école. Si jeune, je savais déjà que mon physique «hors norme» ne plaisait pas à la majorité des garçons et que les filles plus minces, semblaient plus attirantes. À cet âge, j'avais commencée à développer un manque de confiance qui m'aura suivi pendant des années.

Bref, à l’adolescence, rien n’a été de mieux en mieux. Je me trouvais laide et grosse. Le regard des autres m’intimidait et j’avais l’impression que tout le monde me trouvait comme ça. Lorsque j'étais avec mes amies, je me sentais bien et appréciée. Je n'avais aucune difficulté à m'exprimer et à discuter avec elles. Dès que la cloche sonnait et que nous devions retourner en classe, je m'assoyait et j'essayais d'être invisible. Plusieurs fois on m'a jugée sur mon physique. On m'a même comparée avec deux autres filles, par des voitures. Du genre, fille1, tu es une Lamborghini. Fille 2, tu es un BMW. Et toi, Sonia, tu es une Geo Metro. Merci, merci ! Quel humour de m*rde !


Donc, de vouloir perdre du poids a toujours été dans ma tête, d’environ 10 ans à aujourd’hui! J’avais déjà en tête, à 16 ans, de vouloir maigrir pour mon bal des finissants, mais je n’ai pas eu de privations majeurs à ce moment. C’est juste fou quand j’y repenses! Vouloir perdre du poids à un si jeune âge et de vouloir à tout prix changer son physique pour pouvoir entrer dans les standards de la société.


En réalité, lorsque j'y repense, je marchais à tous les jours avec une amie et on faisait du jogging ensemble. J’étais très en forme pour une fille en ‘’surpoids’’. Je n'avais pas à perdre du poids, parce que j'étais en santé et je mangeais à ma faim.

À 18 ans, ça été le vrai début de mon premier régime. Très faible en calorie, en glucides et en gras et en plus, entraînement intensif. Je suivais un plan alimentaire, le même à tous les jours, qu’une amie m’avait donnée et que son frère faisait lorsqu’il était en période de ‘’sèche’’.


En seulement un an, j’avais perdue 60 livres et je peux vous dire que mon état était assez boff…. À la fin, j’allais m’entraîner en me levant, le ventre vide et mon souper ressemblait à un shake de petit-lait avec des légumes crus. En l’espace de 2 mois, j’avais tombée dans les pommes 3 fois !


J’ai ensuite rencontré le père de mes enfants et j’ai tranquillement repris un train de vie plus normal. J’ai diminuée les séances d’entraînement au gym et je recommençais à manger normalement. Ça n’a pas été trop long que j’ai tout repris le poids !


Donc, à 20-21 ans, j’avais tout repris ce poids et jusqu’à mes 30 ans (aujourd’hui), je me suis battue contre mon corps à faire des régimes et à lâcher après 6 semaines pour me gaver dans le chocolat et les gâteaux.

Je me suis longtemps dit que c’était à cause de ma relation toxique avec le père de mes enfants que je n’arrivais pas à perdre du poids et que je manquais de motivation, mais c’était bien plus que cela. J’étais prise dans la mentalité des régimes et je me sentais coupable de tout. Le moyen que j’avais pour me réconforter était de manger sans arrêt, en cachette, des grosses quantités de nourriture, surtout des aliments sucrés.


Il y a 1 an, j’ai fait la découverte de l’alimentation intuitive.. Même que je me demande si c’est pas 2 ans !? Mais bref, même en sachant ça, que les régimes ne fonctionnent pas, j’ai tout de même embarqué dans la vague de la diète Keto en me basant sur tous les ‘’bienfaits’’ que cela procure au corps et en pensant que c’était LA meilleure façon de manger. Et bien sûr, vous aurez pu le deviner, je n’ai pas été capable de tenir plusieurs semaines.


Donc, tout ça pour vous dire que, depuis, cela fait 2 mois que j'ai vraiment bannie la mentalité des régimes et maintenant :

  • J'ai arrêtée de catégoriser les aliments.

  • J'ai décidée d'avoir sous la main, à la maison, des chips, du chocolat, des céréales, du Nutella, des croissants, de la crème glacée, etc.

  • J'ai choisie de faire des desserts à presque tous les jours, afin de me montrer que j'en ai quand j'en veux et que je n'ai pas besoin de me gaver parce que le lendemain, je vais avoir le droit d’en remanger. Oui, je me suis souvent dit : «Ok, je vais en manger là là, pis demain matin, je recommences à bien manger!» Ça vous dit quelque chose ?

  • J'ai arrêtée de me peser. Bye, bye, balance!

  • Je me suis désabonnée de tous les comptes ou groupes reliés au fitness, perte de poids, alimentation saine, avant/après, rééquilibrage alimentaire, etc, etc...

  • Et je fais un travail sur moi afin de m'aimer avant tout et de m'accepter telle que je suis aujourd'hui et maintenant !

Avec tout ce cheminement que j'ai fait, je souhaites faire réaliser aux autres femmes que le bonheur ne se trouve pas dans un corps mince ou fit, il se trouve à l'intérieur de toi. S'aimer et se donner le droit de s'accepter telle que nous sommes, parce que peu importe l'enveloppe corporelle que tu as, tu seras toujours la même personne et que tu mérites de t'aimer.


N'hésitez pas à me faire part de ce que ce texte évoque en vous.


19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout