Rêver grand

Mis à jour : 30 mai 2020


À vous trois, mes cocos, Dereck, Sarah-Jeanne & Amélya, poursuivez vos rêves les plus fous. Ne laissez personne vous arrêter ou écraser vos ambitions, petites ou grandes soient-elles, car ce sont VOS rêves et VOS objectifs.

Acceptation de soi, suivre son intuition

La vie est en perpétuelle changement et l’être humain aussi. Rien n’est fixé, mais tout bouge, tout évolue. Parfois, nous devons passer de dures épreuves qui nous remettent en doute ou nous mets devant le fait accompli pour enfin prendre une grosse décision que l’on retardait depuis des mois, voire des années.


Ça été le cas pour moi. Lorsque la crise du Coronavirus est arrivée, on aurait dit que j’étais prête pour ça. Chaque événement qui survenait, de jour en jour, me permettait d’avancer vers la direction que j’avais toujours voulue prendre. Pour plusieurs, la crise a été difficile à gérer et j’en suis désolé si c’est le cas pour toi. Chaque personne voit chaque situation de son propre œil et tout dépend de la façon dont nous percevons la situation.


De mon côté, cela a été plus que révélateur. Étant donné que les services de garde fermaient leur porte pour un temps indéterminé, j’ai dû mettre sur pause mon travail d’employé pour rester à la maison avec les cocos. Cela m’a permis de vivre la réalité que j’aurai à vivre, autant financier que psychologique, si j'assume, un jour, mon choix d’être une maman à la maison qui développe son entreprise.


Durant les semaines du moi de mars à avril, ma petite voix me parlait de plus en plus fort. Je sentais ma bonne humeur revenir. Je suis une personne, qui lorsqu’elle n’est pas alignée avec ces choix a tendance à être plus déprimée et triste en général dans sa vie. Je tombe vite dans mes pensées et je vie chaque jour avec énormément de stress. Donc, je peux vous confirmer que plus le retour au travail approchait, plus je devenais anxieuse.


Discussion après discussion avec mon amoureux. Réflexion après réflexion avec moi-même. Le verdict résonna en moi : je quitte mon employeur !


Je ne me voyais plus du tout là. J’étais malheureuse et ma tête et mon corps ne suivaient plus du tout la cadence du travail de soir avec les enfants. Avant de faire un burn-out ou autre conséquence de mon mal-être, j’ai fait le choix qui, pour moi, était le meilleur.


Je savais qu’autour de moi il y aurait des mauvais commentaires ou des gens en désaccord avec ce choix. Très peu de gens « employés » sont prêts à faire un si grand changement au détriment d’un salaire fixe hebdomadaire. Je voyais plus loin que le salaire. Je voyais mon état mental se dégrader si je continuais à cet endroit. Je voyais aussi mon garçon débuter la maternelle, cet automne, avec une maman absente à tous les soirs de son retour de l’école.

Maintenant, je vois une maman présente et heureuse d’être là. Je vois une femme déployer ses ailes pour développer une entreprise à son image. Je vois également une femme qui s'épanouit d’année en année et qui évolue à chaque étape franchie personnellement et professionnellement.

Sonia Bergeron, acceptation de soi, s'aimer, accepter son corps

Plusieurs croiront que cela a été un mouvement trop rapide et d’autres penseront que je vais le regretter plus tard. Honnêtement, seul mon avis importe… Et celui de mon amoureux, bien sûr !


J’ai crue en moi et ma force intérieure pour prendre cette grande décision. Maintenant, je crois en moi et mes capacités pour propulser mon avenir et celui de ma famille. Je vais être un modèle de courage aux yeux de mes enfants. Ils auront une maman/belle-maman qui a passée par dessus ses peurs et qui va leur prouver que l’on peut rêver grand et faire ce qui nous plaît dans la vie.


17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout